De Business Manager à Directrice de Département

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Back to top

MI-GSO | PCUBED célèbre la Journée internationale de la femme tous les jours, ce qui signifie avant tout renforcer l’égalité des sexes et donner la parole aux femmes. L’un n’empêche pas l’autre !

Elise François, Directrice de Département chez M|P Paris, nous partage son point de vue sur l’égalité des sexes, les quotas et le rôle que les hommes peuvent jouer, tant dans notre société qu’en entreprise pour favoriser le respect et l’égalité. Elle nous donne également un aperçu de son équilibre travail/vie de maman, au cours des 11 dernières années. 

M|P : Bonjour Elise, peux-tu nous dire quel est ton parcours chez M|P ?

EF : J’ai rejoint le MI-GSO | PCUBED en 2009 en tant que Business Manager, après une expérience réussie de 5 ans en Allemagne en tant que Business Manager. Débutante dans l’industrie automobile en Allemagne, en tant que française et en tant que femme, j’ai dû faire face dès le début à plusieurs défis, et cela a façonné ma façon de travailler. J’ai occupé le poste de Business Manager au sein de MI-GSO | PCUBED jusqu’à ma récente promotion en tant que Directrice de Département en janvier.

 

M|P : De quoi es-tu la plus fière ?

EF : Je suis reconnaissante de travailler dans une entreprise qui applique strictement la même politique salariale pour tous, car je suis malheureusement consciente que ce n’est pas une norme, et de diriger une équipe de direction à Paris qui a atteint la parité.

Je suis fière de mes réalisations professionnelles – en particulier mes 11 ans d’engagement envers MI-GSO | PCUBED. J’ai d’abord été témoin et aujourd’hui je contribue humblement à la transformation de mon entreprise qui porte un nouveau regard sur elle-même, ayant tiré les leçons de l’année que nous venons de traverser.

En tant que directrice, je m’appuie sur une équipe solide, dont des femmes qui ont commencé comme juniors et qui occupent aujourd’hui des postes de management. Je suis également fière d’être maman de deux enfants très actifs, nés alors que j’étais promue senior manager.

 

M|P : Comment vis-tu ton quotidien de femme à responsabilité ?

EF : Si tu voulais que je dise que c’est difficile, eh bien ça l’est ! En tant que femme, vous devez faire davantage vos preuves et faire face à des habitudes sociales et des façons de penser qui sont immuables.

Par exemple, si vous êtes passionnée, vous finissez par être « émotive », si vous répondez et exprimez votre désaccord, vous êtes « sensible » ! En tant que femme, vous avez besoin d’un grand sens de l’humour, d’une “répartie désinvolte” et de confiance en vous.

Vous devrez peut-être faire face à certains membres de l’équipe, parfois même gentiment, vous proposant de prendre le relais à un moment stratégique car ils pensent que vous ne pourrez peut-être pas faire face à toute cette pression.

Je pense que le moment décisif a lieu quand une femme en position de responsabilité devient mère, quand une famille est en jeu et quand la question cruciale est de gérer l’allocation de son temps, de son énergie et de ses priorités.

Le principal défi pour moi était de reconnaître que je voulais tout avoir, et donc de gérer 3 jours en un, chacune des parties impliquées ayant des droits égaux. J’ai aussi appris à gérer les doutes, les jugements et les questionnements. Évidemment, c’est plus facile quand on a du soutien à la maison !

Je suis convaincue que m’améliorer dans chacun des différents domaines de ma vie m’a aidé dans l’autre. Les compétences en jeu sont assez similaires. Indistinctement, je fais des choix toutes les heures, prenant des décisions avec peu d’éléments d’information, gérant des crises, grandes et petites, essayant d’être juste, en se recentrant et encourageant, surmontant de grosses déceptions, célébrant les succès et m’efforçant toujours de rester entière.

Lorsqu’on m’a demandé mon avis sur les quotas, spontanément j’ai répondu que j’étais plutôt contre car on devrait être nommé ou promu pour ses capacités et non pour son genre ou sa couleur de peau. J’ai peut-être été naïve à ce sujet. Pour appliquer une loi qui a été adoptée en 2014, vous avez besoin de surveillance et de contrôle. Mais pour atteindre un objectif d’au moins un tiers de femmes occupant un poste de “top management”, il faut un plus grand nombre de positions de management intermédiaires. Les quotas aident à atteindre ce prérequis. C’est du pur taux de conversion. Trois femmes à des postes à responsabilité peuvent donner l’exemple, trente établiront de nouvelles normes.

C’est aussi gratifiant, mais je ne dirais pas de manière extraordinaire en tant que femme, mais de manière extraordinaire en tant que manager en général, homme ou femme, d’être animé par l’obsession d’atteindre un objectif. Ainsi, lorsque je réussis, je ne me sens pas différente de mes homologues masculins. Nous sommes parfaitement égaux.

En conclusion à votre question sur le fait de vivre mon quotidien de femme en position de responsabilité, c’est un peu un défi, mais rien comparé à ce que les femmes ont réalisé en luttant pour leurs droits tout au long de ces dernières décennies, et je suis absolument certaine que ce sera plus facile dans les années à venir.

 

M|P : Quels conseils pourrais-tu donner aux femmes qui souhaitent évoluer et manager ?

EF : Donner un conseil serait présomptueux. Je pense qu’il n’y a pas de mode d’emploi. Travail acharné, motivation et confiance sont assurément des prérequis. Je préfèrerais exprimer un souhait. Les femmes doivent progresser plus vite pour rattraper ces dernières décennies. Elles pourraient avoir besoin d’un coup de pouce à un moment donné. Si vous êtes en mesure d’apporter un soutien quelconque à une femme talentueuse et compétente, faites-le.

 

M|P : As-tu un message à faire passer aux femmes et aux hommes de l’entreprise ?

EF : Je suis convaincue que partager quelque chose avec quelqu’un d’autre (peu importe ce que c’est, tangible ou non) ne veut pas dire le lui retirer.

Avoir des femmes à des postes de management n’enlève aucun pouvoir aux hommes. Les hommes et les femmes sont parfaitement complémentaires et égaux quand il s’agit de partager une charge mentale, de gérer des équipes importantes et des dossiers difficiles.

Aux hommes, je dirais qu’ils seront certainement à un moment de leur vie le fier père, fils, frère, partenaire, ami ou collègue d’une femme talentueuse. Par conséquent, faites partie de leur succès !

Et je dirais aux femmes de mon entreprise, ne soyez pas timides, brillez !

 

M|P : Merci Elise pour ta franchise. Tes mots comptent beaucoup pour nous !

Nous sommes heureux d’avoir une directrice comme toi chez M|P.

Blue background with Elise François smiling

Elise François

Directrice de Département
@ MIGSO PCUBED France

Dog reading a book
Restez au top

Abonnez-vous à notre Newsletter

Un résumé mensuel (en anglais) de nos meilleurs articles sur tout ce qui concerne la gestion de projet.

Abonnez-vous à notre newsletter!

Our website is not supported on this browser

The browser you are using (Internet Explorer) cannot display our content. 
Please come back on a more recent browser to have the best experience possible